top of page

 

ACCUMULATEUR EXTERNE

 

Voici notre nouveau sujet de recherche pour apporter à moindre coût plus de confort et de rendement à votre vieux poêle

La courbe de restitution de cet assemblage entre un poêle et un cheminement maçonné n'est forcément pas aussi linéaire que celle d'un poêle de masse, mais peut convenir à certains cas et sera toujours plus confortable tout en faisant faire un bond au rendement de l'appareil

Voici en quelques lignes les grands principes :

  • Un long conduit de briques prolonge le poêle pour récupérer les calories habituellement perdues :  A noter qu'il ne s'agit pas d'un poêle habillé de briques car il ne serait pas refroidit par l'air ambiant, se dégraderait vite et le rendement serait encore plus mauvais que sans les briques (un habillage crée une résistance au transfert de chaleur, donc une isolation..)

 

  • Le feu doit être vif et bref pour obtenir le meilleur rendement car il faut laisser le temps aux briques de restituer la chaleur. Mais vous pouvez aussi faire durer des feux pour le plaisir des yeux, le gain sera toujours meilleur que sans l'accumulateur

  • La chaleur reste prisonnière dans la cloche maçonnée en fermant l'arrivée d'air du poêle après le feu, car le flux s'arrête et ne la véhicule plus jusqu'au conduit. Elle est redistribuée lentement grâce à la résistance thermique de la maçonnerie. Sans ce principe de "syphon inversé", une grosse majorité de la chaleur serait perdue

Allumage : comment descendent les flammes ??

Tant qu'il fait plus chaud à l'intérieur qu'à l'extérieur, le conduit créé une aspiration, vous ne serez donc jamais confrontés à ce problème en hiver (tant que le conduit passe dans la maison, bien entendu)

En intersaison, les feux du matin seront moins capricieux que ceux du soir

Si ce n'est pas suffisant ou que vous rentrez de vacance dans une habitation glaciale, brûlez un carton par la trappe de ramonage du conduit pour le réchauffer

 

Vous pouvez aussi encastrer à sa base une résistance électrique (LIEN) que vous allumez 5mn, la quantité d'énergie utilisée sera dérisoire par rapport au gain de l'accumulateur (moins de 0,1kW contre au minimum 10 qui ne sont pas perdus grâce à l'accumulateur)

Pour les plus bricoleurs et si le conduit est accolé à l'accumulateur, vous pouvez fabriquer un by-pass, mais la proximité des deux entrainera quelques pertes

ACCU EXT COUPE_edited.jpg
ACCU EXT_edited.jpg
ACCUMULATEUR-BANC_edited.jpg

1er test : accumulateur non encastré dans un mur

Le poêle sélectionné a une puissance donnée de 7kW, 5 dans notre cas après avoir retiré le déflecteur qu'il contenait pour renvoyer plus de chaleur dans l'accumulateur

De même, pour lisser sa restitution, nous avons choisi un appareil contenant des briques

L'accumulateur mesure 66*55*180cm

Le banc maçonné en briques sur chant et fermé par des dalles de jardin mesure 90cm

Le conduit (que l'on distingue en bord droit de l'image) mesure 7m et contient une gaine flexible de 18cm

Avant cette configuration, la sortie du poêle était dessus et rentrait dans l'accumulateur dans sa partie haute : les températures de sortie plafonnaient à 50° (trop peu car condensation assurée dans le conduit)

En injectant les flammes par l'arrière du poêle, les températures de sortie sont passées entre 100 et 150° suivant le type de feu, ce qui est idéal. La dépression de tirage est aussi suffisante pour assurer le fonctionnement nominal du poêle (15Pa)

Voici le graphique de restitution de la chaleur suite à un feu d'une petite heure avec 6kg de bois léger type sapin, accumulateur légèrement tiède du feu précédent : La courbe jaune (celle de l'accumulateur) correspond aux calories qui auraient été perdues sans lui, la rouge à celle du poêle et la bleu au total des deux

Il faut 7 à 8h pour que l'accumulateur restitue autant d'énergie que le poêle  (en l'occurrence 10kW chacun)

20231213_170101.jpg
COURBES DE RESTITUTION_edited.png
bottom of page