TUBES SOLAIRES

Ce sont des tubes en Pyrex captant le rayonnement solaire grâce à leur revêtement extérieur sombre. Ils conservent l'énergie absorbée grâce au vide d'air contenu dans leurs parois : la chaleur rentre mais ne sort pas.

La température intérieure est de l'ordre de 150° mais peut atteindre 300° en plein soleil d'été alors que l'extérieur du tube reste froid. Cette technologie plus performante que le four solaire traditionnel permet d'effectuer des cuissons solaires toutes les journées ensoleillées, même en hiver.

Chaque tube accueille 2,5 litres de bocaux standards à vis. L'ouverture est placée en bas pour optimiser la conservation de la chaleur.

1 / 2

Please reload

POUR PROMOUVOIR CET OUTIL INNOVANT

 

  • Nous assistons les projets émergents et mettons en lien les personnes intéressées avec le fabricant

  • Nous mettons à disposition gratuite des tubes pendant une période d'essai de 2 mois

  • Nous organisons un achat groupé annuel pour s'équiper à prix coûtant (60€, commande en cours ICI)

 

Coupes des planches (de 2cm d'épaisseur) pour fabriquer le support

- 2 planches de 100X18cm pour les côtés

- 1 planches de 100X20 (ou 100X40 pour 2 tubes) pour l'arrière

- 1 planches de 100X24 (ou 100X44 pour 2 tubes) pour le battant

- 2 planches de 44X20 pour le haut et le bas

CONSIGNES DE SECURITE

Un tube solaire en fonctionnement est fragile et un bocal sous pression peut être dangereux

(ce dernier point vaut pour toute stérilisation au poêle ou à l'eau et n'est pas propre à notre appareil)

Aussi, il est impératif de :

  • Ne pas remplir entièrement les bocaux  de liquide

  • Privilégier un contenu sans eau (le résultat n'en sera que meilleur, les fruits et légumes seront moins mous et la stérilisation se fera plus rapidement ou avec moins d'ensoleillement)

  • Respecter une phase de refroidissement avant de retirer les bocaux et de bouger les tubes

  • Etre doux et prudent lorsque l'on bouge les bocaux brûlants

  • Ne pas heurter le fond du tube avec les bocaux en les enfilant, surtout si ils sont chauds

  • Ne jamais faire porter le tube par les bocaux

 

Pour une stérilisation réussie

 

- Utiliser des capsules spéciales stérilisation (avec un opercule central qui s'enfonce), ceci permet de s'assurer de la dépression du bocal après la chauffe ou d'un développement bactérien les jours à venir

- Effectuer des stérilisations solaires les jours de grand ensoleillement, uniquement le rayonnement compte, la température extérieure n'a pas d'influence

- Ne pas être timoré quand à la durée de stérilisation, plus sera toujours plus efficace que moins

- Serrer fermement les capsules

- Surveiller le début d'ébullition des bocaux (correspondant à 110°) en les faisant descendre sans choc. Stopper le rayonnement solaire à ce moment en fermant le battant, les extraire deux heure plus tard et les laisser refroidir couvercle en bas. L'opercule du couvercle doit être enfoncée après le refroidissement

Période optimale

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la période où les tubes fonctionnent le mieux n'est pas lors du solstice d'été le 21 juin, bien que les durées d'ensoleillement soient les plus longues. L'atmosphère plus humide au printemps qu'en automne diminue de façon importante le rayonnement, unique source d'énergie des tubes

Aussi, il ne faut pas être surpris de résultats mitigés en mai ou juin malgré un beau soleil. A contrario, certaines périodes hivernales peuvent être très sèches et l'utilisation en altitude peut être aussi efficace en montagne en hiver qu'au mois d'aout en plaine !

Le meilleur comparatif est le bronzage de la peau, on utilise de la crème protectrice au ski ou en été à la plage, mais rarement en fin de printemps

Comment "booster" les tubes

 

Si le rayonnement solaire risque d'être insuffisant, voici quelques astuces :

Mettre moins de bocaux dans les tubes : la puissance du tube est la même quel que soit son contenu, chaque bocal bénéficiera de plus d'énergie si ils sont moins nombreux

Mettre les bocaux le plus haut possible dans les tubes : la chaleur est plus élevée en haut du tube que dans sa partie basse

Effectuer des préparations plus légères : privilégier par exemple des légumes sans eau

Préchauffer les préparations : idéal pour des plats cuisinés en amont que l'on introduit chaud dans les bocaux et que l'on met dans le tube immédiatement

A propos du déflecteur type parabole : c'est en théorie une façon très efficace d'augmenter la puissance du tube, mais réclame beaucoup de précision dans sa fabrication ainsi qu'une présence régulière pour réorienter l'ensemble vers le soleil

Quelques techniques de stérilisation

Fruits et légumes : les stériliser presque à sec, un fond d'eau suffit pour détecter l'ébullition et amorcer la chauffe par vapeur. Les fruits et les tomates nécessitent moins de chauffe

Exception : les haricots verts et cosse, les blettes et cardons exigent de l'eau dans le bocal pour être tendres

Riz et légumineuses : Mettre dans le bocal graines sèches et eau, puis cuire et stériliser simultanément

Plus précisément, pour un bocal de 75cl :

Lentilles : 220g pour 380g d'eau

pois chiches : 190g pour 410g d'eau

Haricots rouges et blancs : 250g pour 350g d'eau

Riz : 265g pour 335g d'eau (rincer et égoutter le riz après pesée pour enlever de l'amidon et déduire l'eau restante des 335g)

Confitures : Ouvrir un bocal de fruits stérilisés, enlever le liquide, mélanger la chair restante au sucre, pectine et citron puis stériliser à nouveau. Eviter d'aller jusqu'à l'ébullition

Coulis de tomates : La méthode traditionnelle consiste à blanchir les tomates pour enlever leur peau puis les réduire au feu. En cas de gros volume, mixer les tomates salées à 1% puis les laisser s'égoutter plusieurs heures jusqu'à restitution des 2/3 de leur poids en liquide : cela fera des bocaux de coulis et de jus

Chili sine carne : mélanger et cuire dans le bocal tomates (170), haricots secs (91), eau (210), mais sec (8), grosses protéines de soja réhydratées et rincées (14 sèches), carottes (23), oignons (40), sel (2,5), piment, cumin et coriandre

Haricots blancs cuisinés : Haricots blancs (121), tomates (160), carottes (41), oignons (32), eau (270), ail (5), sel (2,5), paprika

Sauce bolognaise : Tomates (341), Oignons (29), grosses protéines de soja réhydratées et rincées (14 sèches), petites protéines de soja réhydratées et rincées (14 sèches), carottes (27), eau (75), olives noires (16), sel (2,5), une pointe de piment, coriandre, cumin en graines