top of page

 

GPTC

 

Ou comment apporter à moindre coût plus de confort et de rendement à votre vieux poêle

Le GPTC, ou Gros Poteau Tout Chaud, est une masse de briques mise en série avec un poêle à bois traditionnel pour récupèrer les calories habituellement perdues par le conduit et les restituer lentement à faible puissance : c'est comme si un petit radiateur fonctionnait en permanence

 

Grâce à cet auxiliaire et sauf besoins trop importants, vous ne serez plus confrontés aux sorties de couette en grelottant ou aux retours de travail dans une maison glaciale !

Le concept est simple et évident, mais reste soumis à certaines consignes et conditions pour fonctionner correctement

SCHEMA DE PRINCIPE_edited.jpg
SCHEMA DE PRINCIPE COUPE_edited.jpg

Conditions de faisabilité

Les fumées circuleront plus que dans une installation traditionnelle et seront donc plus froides : pour conserver le tirage nécessaire au bon fonctionnement du poêle, le conduit doit être performant : tubé, oubliez les sections inférieures à 15cm et les longueurs de moins de 4m : privilégiez les dimensions supérieures

Pour cette même raison, un gros poêle exige un conduit aux mensurations exceptionnelles

La conservation de la chaleur se fait en fermant les arrivées d'air de l'appareil après le feu car l'air chaud reste en suspension dans l'accumulateur au lieu d'être véhiculé à l'extérieur : le poêle doit être parfaitement étanche

Utilisation et précautions

Ne laissez par "dormir" votre feu car vous encrasserez votre conduit à cause des températures trop froides de sortie (suie+condensation=bistre)

La meilleur utilisation est faite de feux vifs et espacés, mais il n'y a pas de contre-indication à entretenir une flambée continu, le rendement sera toujours meilleur qu'avec une installation traditionnelle

20231216_072209 2.jpg

Comment faire descendre les flammes ??

Tant qu'il fait plus chaud dans la maison que dehors, le conduit (dont une partie doit impérativement se trouver dans l'habitation) créé une aspiration continue, vous ne serez donc jamais confrontés aux problèmes de refoulement en hiver. La présence de l'accumulateur générant une douceur permanente fait que vous risquez même d'être moins soumis à ce problème qu'avant

Néanmoins, de nombreuses situations (feux d'intersaison, par temps humide, de retour de vacances..) nécessiteront une assistance

 

La méthode la plus basique consiste à brûler quelques morceaux de cartons par la trappe de ramonage située au pied du conduit

Pour les bricoleurs et si le conduit est accolé à l'accumulateur, vous pouvez fabriquer un by-pass, mais la proximité des deux entrainera quelques pertes

 

Plus confortable, enfilez quelques minutes une résistance électrique amovible à ce même emplacement pour amorcer le flux dans le bon sens. Le trou destiné à la recevoir est bouché le reste du temps par le thermomètre à tige qui vous permet de contrôler les températures de sortie

La quantité d'énergie consommée sera de l'ordre de 1% par rapport à celle récupérée par votre gros poteau

La section du domino mesure 25mm2

CONFIGURATION

SCHEMA 2.png

1. Le poêle

Étant donné que l'accumulateur redistribue une partie de la chaleur habituellement perdue, choisissez un modèle sous-dimensionné : même dans le cas d'une installation classique, faire un petit feu dans un gros poêle encrasse le conduit et effondre le rendement

Orientez votre choix vers un appareil contenant des briques dans le foyer, l'émission de chaleur sera plus douce lors du feu et plus de calories iront dans le GPTC

Prenez garde à ce que votre poêle soit bien étanche, et qu'il ait une sortie arrière si le raccordement se fait de ce côté

2. Raccordement entre le poêle et le GPTC

Vous avez tout intérêt à ce qu'il soit le plus réduit possible, donc à l'arrière du poêle car à l'inverse, une sortie par le haut génère 2 inconvénients :

- Une surchauffe pendant le feu

- Un pont thermique après (au lieu d'être émise par les briques, une partie de la chaleur s'évacuera par le coude du tuyau, retirant de l'inertie à l'accumulateur))

Mais le choix de cet agencement est dépendant de la surface dont on dispose, une sortie par l'arrière demandera à votre GPTC un empattement plus important

3. Épaisseur des parois de l'accumulateur

 

Plus elle sera importante, plus l'inertie sera longue au détriment de la puissance

 

La plus fine est faite d'une rangée de briques à plat (11cm), la plus épaisse de 2 (22cm) et en intermédiaire une rangée de brique à plat et une autre sur chant (16.5cm)

À vous ensuite de décider des caractéristique de votre accumulateur : par exemple, s'il est encastré dans un mur en pierre et que vous désirez ramener de la chaleur de l'autre côté, équipez le d'une cloison épaisse côté poêle et d'une fine à l'opposé

4. Accumulateur supplémentaire

Cette cloche n'est pas obligatoire mais il serait dommage de s'en priver : comme chacun sait, la chaleur monte. Cette partie du poêle est un merveilleux piège à calories tout en ne perturbant pas le cheminement des fumées

5. Section du conduit de l'accumulateur

Pour obtenir la température nécessaire et suffisante au tirage dans le conduit, la surface d'échange de cette zone avec un poêle de 7kW est d'1.2m2 (0.17m2/kW si votre poêle à une autre puissance)

 

Donc, plus le raccordement entre le poêle et l'accumulateur sera haut, plus ce conduit sera étroit. Par exemple, à 1.3m de haut, il mesurera 22*22cm, à 65cm, 44*44cm

6. Le banc

Préservé des températures importantes, il peut être construit de multiples façons. Une d'entre elles : 2 rangées de briques sur chant refermées par des dalles de jardin

Particulièrement chaud lors du feu, ne laissez pas de coussins dessus, sauf s'ils sont ignifugés

Comme un conduit traversant une chambre, le bilan énergétique du banc est neutre : il émet de la chaleur pendant le feu mais est un pont thermique après car il se trouve en aval de la cloche formée par le GPTC

Il est donc inutile de faire un banc trop long dans l'idée d'augmenter le chauffage ou de ramener de la chaleur dans une autre pièce, il ne fera que minimiser le tirage

En plus de l'agrément qu'il procure, sa fonction est d'éloigner le point le plus chaud de la maison (le poêle) du pont thermique le plus important (le conduit). Dans cette logique, le meilleur compromis est d'1 à 2 mètres

7. Pied de conduit

Cette zone est équipée d'une trappe de ramonage pour ramoner le conduit et ramasser la suie

C'est aussi là que l'on enfile par un trou le thermomètre à tige et si besoin la résistance électrique amovible de préchauffage du conduit

8. Le conduit

Les fumées circuleront plus que dans une installation traditionnelle et seront donc plus froides : pour conserver le tirage nécessaire au bon fonctionnement du poêle, le conduit doit être performant : tubé, oubliez les sections inférieures à 15cm et les longueurs de moins de 4m : privilégiez les dimensions supérieures

Pour cette même raison, un gros poêle exige un conduit aux mensurations exceptionnelles

 

FAQ

  • Combien vais-je récupérer de calories ?

Avec deux feux d'1h par jour, l'équivalent de la moitié de l'énergie émise par l'appareil est redistribuée de façon presque linéaire pendant 12h : le gain énergétique est de 50%. Plus les feux seront longs et nombreux et plus ce gain sera faible

  • Puis-je encastrer GPTC dans un mur en pierre ?

Oui, ses dilatations sont négligeables, et la maçonnerie à l'argile est suffisamment ductile

La surface émettrice étant plus réduite, l'épaisseur des cloisons du GPTC  peut l'être aussi (16.5 ou 11 au lieu de 22), et une seule rangée de briques dans le mur en pierre suffit : 2 fois moins de matériaux seront finalement nécessaires

  • Pourquoi ne pas plutôt recouvrir mon vieux poêle de briques ?

 

GPTC agit comme un syphon inversé : lorsque le flux d'air est stoppé par la fermeture complète du poêle, la chaleur reste piégée en suspension dans cette cloche

Dans le cas d'un poêle habillé, une grosse majorité de la chaleur accumulée par les briques lors du feu est perdue par le conduit

De plus, un poêle est conçu pour être refroidit par l'air ambiant, sa structure métallique vieillira aussi mal qu'une automobile à laquelle on retire son système de refroidissement

  • Mon GPTC peut-il chauffer l'eau ?

Oui, il peut produire l'eau chaude sanitaire d'une famille en intégrant dans son conduit de fumées un flexible annelé inox (DN25) de la même façon que le poêle Oxa-libre. Cet échangeur fonctionne très bien en thermo-syphon

Par contre, il ne peut pas alimenter un circuit de chauffage, sa puissance sera insuffisante

  • Comment configurer mon installation ?

Il y a des rapports à respecter entre l'efficacité de votre conduit, la longueur du banc, la hauteur de votre GPTC et la puissance du poêle : si par exemple vous estimez que votre conduit risque de manquer de tirage car il mesure 4m*15cm, vous éviterez de faire un banc de 3m ou d'installer un poêle de 15kW

A titre informatif, notre installation a été faite à partir d'un 7kW auquel nous avons retiré le déflecteur, dont le tuyau s'encastre dans GPTC entre 120 et 140cm de hauteur, un banc d'1m et d'un conduit gainé 8m*18cm

Votre repère sera la température des fumées en sortie de banc, devant être entre 100 et 150°

Si ce n'est pas le cas, il suffit de modifier la hauteur d'entrée du tuyau du poêle dans le GPTC (d'où un des multiples intérêts de le maçonner à l'argile)

  • Mon GPTC peut-il être porteur ?

Oui, sauf pour une dalle en béton, non pas pour des questions de poids mais parce que sa très faible dilatation serait de trop pour une structure si rigide. Aucun problème pour supporter un niveau en bois

  • Quel matériaux utiliser ?

L'idéal est un matériau dense et conducteur pour absorber et redistribuer un maximum de calories, tel que la stéatite, mais en raison de son coût important, des briques de terre cuite sont généralement choisies (environ 500 sont nécessaires)

En mode revalorisation, l'utilisation de briques de radiateurs à inertie pour la partie centrale est particulièrement appropriée

La qualité réfractaire importe peu, la densité est à privilégier

N'utilisez pas un mortier à prise chimique (chaux ou ciment) car il est trop rigide et rend non-recyclables les briques, utilisez un mortier terre, par ailleurs d'autant plus agréable à travailler

La fermeture du banc est réalisée avec des dalles en béton destinées aux terrasses

  • Quel écart au feu respecter ?

Aucun élément inflammable ne doit recouvrir GPTC sur une grande surface, une lame d'air ou une isolation en laine de roche doit séparer les

deux. Vous pouvez par contre stocker des bûches contre lui (question de législation, les bûches ne sont pas de l'immobilier)

Pas de coussins sur le banc, sauf s'ils sont apyres (se trouve en vente sur internet)

Il ne faut pas s'attendre à un poêle brûlant, il sera à peine tiède, comme un mur ou un plancher chauffant

bottom of page